Aide sur Pour accéder à cette rubrique, connectez-vous . Si vous n’êtes pas encore inscrit(e), cliquez-ici
Fermer
Aide sur Pour accéder à l’Espace Dons & Cotisations, référencez votre association.
Fermer
Aide sur
Avant d’accéder à l’Espace Dons & Cotisations, choisissez l’association pour laquelle vous souhaitez souscrire :

Fermer
Aide sur
Avant d’accéder à votre Espace Bureau Comptanoo, choisissez l’association que vous désirez gérer :

Fermer
Aide sur Pour accéder à cette rubrique, référencez votre association.
Fermer
Aide sur
Avant d’accéder à cette rubrique, choisissez l’association pour laquelle vous souhaitez proposer une offre de poste  :

Fermer
Aide sur WALDEC est le logiciel de gestion des associations qui a pour objet de créer le « répertoire national » des associations françaises. Déployé depuis 2005, dans les préfectures et sous-préfectures, il équipera progressivement tous les sites. Toute association créée depuis l'implantation de WALDEC dans le département reçoit un numéro de type Wxxy000000 où x est département, et y le site. Ce numéro se trouve sur les récépissés de création ou de modification des dirigeants de l'association, délivrés par toutes les préfectures et sous-préfectures ayant implanté WALDEC.
Fermer
Faire connaître asso&co à vos amis

asso&co est un site communautaire destiné à l'ensemble des acteurs de la vie associative.

 

 

 


Le Forum

Le forum

Le forum est un espace de discussion, d’échange et d’entraide entre tous les acteurs du monde associatif.

000978 messages

Accéder au forum

S'informer
Le dossier du mois

Temps partiels : quelles solutions pour consolider l’emploi associatif ?

La loi n°2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, a institué une durée de travail minimal de 24 heures hebdomadaires pour les salariés à temps partiel. Applicable au 1er juillet 2014 pour les salariés recrutés à partir de cette date, elle concernera, sauf dérogation et demande contraire du salarié, tout le monde à partir du 1er janvier 2016. Les associations peuvent en profiter pour consolider l’emploi dans leurs structures.

Pour éviter l’émiettement des taches plusieurs solutions peuvent être mises en œuvre :  réorganiser des plannings pour regrouper des horaires éparpillés, se coordonner avec d'autres micro-employeurs, rejoindre un groupement d'employeur, mutualiser un emploi… Ces solutions permettent d’offrir à ses salariés des emplois plus complets. L'intérêt est bien évidemment financier, surtout dans des secteurs où les salaires ne sont pas très élevés. Ils permettent aussi de fidéliser certains salariés et d’améliorer la qualité du travail. C'est ce qui ressort des expériences soutenues par le Fonjep dans le cadre d'une expérimentation pour lutter contre le temps partiel subi.

Quatre petites heures

Au CPIE Savoie Vivante, le temps de travail de l'animatrice est ainsi passé de 28 à 32 heures hebdomadaires. Quatre petites heures qui changent beaucoup de choses : « C'est plus confortable, plus souple dans l’organisation des tâches. Et puis, j’ai moins d’heures de récupération qui étaient souvent difficiles à poser. » Toujours grâce à l'aide du Fonjep, l'animatrice responsable de l’accueil collectif maternel au centre socioculturel de La Comberie, en Poitou-Charentes, a pu passer de 66% équivalent temps plein (ETP) à presque 83% ETP. Lorsqu'elle n'était qu'à 66% elle ne travaillait dans une semaine, hors vacances scolaires, que 17 heures : « Cela m’handicapait dans mes missions et il n’était pas facile de participer à la vie du centre. » Après quelques semaines d’adaptation à son nouveau rythme, elle a pu s'impliquer dans de nouveaux projets avec un travail d’équipe plus suivi. La jeune salariée témoigne : « Je sens une grosse différence. J’ai retrouvé le goût du travail, le plaisir, la motivation. »

Une approche économique

Cet exemple laisse penser qu'il existe un  temps minimal en-deçà duquel il est difficile de vraiment s'investir dans son travail. Il ne s’agit pas forcément d’un temps plein, ce qui veut dire que les associations pour lesquelles 35 heures serait un objectif trop dur à atteindre peuvent néanmoins trouver les moyens d'offrir quelques heures de travail supplémentaires à leurs salariés.

Le plus gros obstacle reste celui du budget. Une réflexion sur le sujet passe donc forcément par une approche économique pour estimer les moyens que l'association peut dégager.

Stratégie de développement

L'exemple de l'association « Histoires de... Découverte et Patrimoine », dans l'Isère, est intéressant. Elle n'avait pas les moyens d'augmenter le temps de travail de son animatrice, alors à 80% ETP. Bien évidemment ce n'étaient pas les besoins de l'association qui manquaient... Avec l'aide du Fonjep, l'association a pu rémunérer à temps plein la salariée pendant un an. Cette augmentation du temps de travail n’a cependant pas entièrement été affectée à de nouvelles taches. Une partie a été mobilisée pour que l'animatrice puisse suivre une formation à la production de reportages radiophoniques sur le patrimoine local. Dans l'optique de la directrice de l'association, « cette formation va  permettre à la structure de moins faire appel à des prestataires extérieurs. Du coup, entre la baisse des coûts et le développement des activités sous la forme de prestations, nous avons bon espoir de financer à terme le surcroît de salaire. » C'est ainsi une véritable stratégie de développement de l'association qui est mise en œuvre à l'occasion d'une réflexion initiale sur le temps partiel.

Le Fonjep lutte contre le temps partiel subi

Pour soutenir les associations qui souhaitaient salarier leurs salariés un plus grand nombre d’heures, l'aide du Fonjep a pris la forme d’une subvention exceptionnelle non reconductible de 3 000 € par an sur deux ans, soit 6 000 € par projet bénéficiaire. Cette somme est destinée à encourager l’optimisation du temps de travail de la personne salariée en vue, soit d'améliorer la qualité du service, soit de participer à une meilleure intégration de la personne dans la structure. 80 associations ont bénéficié de cette aide.

http://www.fonjep.org/